Effets secondaires

Lors de sa commercialisation on ignorait que le GMS pouvait être aussi toxique á long terme ….
Et tout particulièrement pour le système nerveux car utilisé en trop fortes doses. Certains vont même jusqu’á l’appeler :  » La bombe à retardement ! » car le GMS agit de manière perverse et plus ou moins rapide…

Vu son « EXCITOTOXICITÉ » on parle même du « suicide des neurones  » !!

TOUT d’abord, il faut savoir que certaines personnes sont allergiques au GMS et en cas d’une consommation accidentelle, elles pourraient se retrouver aux services des urgences assez rapidement, , parfois prises de gonflements en train de s’étouffer.

Tandis que d’autres pourraient souffrir de :
• nausées,
• vomissements,
• d’aphtes,
• de courbatures,
• de vertiges,
• de douleurs oculaires,
• de céphalées,
• de crises d’asthme,
• de réaction allergiques,
• de salivation abondante,
• de surpoids,
• de diabète,
• éruptions cutanées plus ou moins marquées,
• de troubles du rythme cardiaque,
• de douleurs articulaires voir de paralysies plus ou moins momentanées,
• de trouble de l’appétit (envie constante de manger)

Et à fortes doses cela peut aller jusqu’aux :
• crise de convulsions épileptiformes,
• diarrhées,
• troubles de l’humeur,
• confusion mentale,
• crises d’anxiétés,
• troubles du comportement surtout chez les enfants…

tout en encourageant les tristement célèbres maladies de Parkinson, d’Alzheimer ou encore de sclérose latérale (SLA) dont les malades peuvent finir étouffés et MS ou sclérose en plaque. (A et H).

De plus le Dr BLAYLOCK affirme depuis plus de 25 ans que le GMS ( Tout comme l’Aspartame) est très dangereux pour les femmes enceintes car il passe par le placenta jusqu’au cerveau du bébé ce qui peut provoquer des retards mentaux souvent irréversibles et pas souvent évidents á la naissance. Dans son livre il dit donc á la page 88 :  » Alors parents, il est IMPORTANT d’arrêter d’exposer vos enfants aux excitotoxines ! ».

LA VERITE AU SUJET DE L’ASPARTAME, DU GLUTAMATE MONOSODIQUE ET DES EXCITOTOXINES
GMS : quelques chiffres