Aspartame : conslusion

Lors d’une conférence dans un congrès sur la santé, une petite phrase m’a marquée : « On ne pourra pas changer le système par le haut mais on pourra le changer par le bas ». « Le bas », c’est nous tous, les consommateurs qui achetions tous ces produits dangereux sans le savoir, nous avons le droit de dire non et de dépenser notre argent dans des produits de meilleure qualité nutritive, les plus naturels possible car notre corps n’est pas fait pour consommer des produits chimiques ! J’ai rencontré de nombreuses personnes qui disent manger bio mais qui prenaient 2, 4 ou 6 sucrettes par jour ou encore qui mâchaient des chewing-gums « sans sucre » jusque-là ce qu’elles me rencontrent !
Il est intéressant de savoir que sur 500 additifs autorisés et 4 000 arômes qui sont plus souvent chimiques que naturels, selon une étude récente, nous consommerions en un an… près de trois kilos d’additifs par personne ! Pour ce qui est de l’aspartame, je peux vous dire que j’ai déjà tué un rat sur ma terrasse et deux souris dans mon garage avec des sucrettes « offertes » par des victimes, d’autres personnes en ont utilisé en poudre (sans la respirer !) pour se débarrasser de fourmis ! Les effets secondaires de l’aspartame sont souvent réversibles, faites donc le test des 60 jours sans aspartame ni glutamate monosodique, cuisinez vous-même vos plats, évitez les viandes rouges qui contiennent une source naturelle de phénylalanine et buvez près de deux litres d’eau par jour !
Corinne Gouget.

LA VERITE AU SUJET DE L’ASPARTAME, DU GLUTAMATE MONOSODIQUE ET DES EXCITOTOXINES
Effets secondaires